Varices et complications

Écrit par les experts Ooreka

Avec le temps, le nombre et la taille des varices ont tendance à augmenter, surtout lorsqu'elles ne sont pas traitées. Des complications dues aux varices, plus ou moins graves, peuvent alors apparaître.

Complications varices : aggravation des symptômes

Avec le temps, le volume et le nombre de varices augmentent. Les symptômes deviennent plus fréquents et s'intensifient.

Mains touchent les pieds

Sans prévention, ni traitements, les varices enflent, deviennent plus tortueuses, se propagent et se multiplient : le risque de complications graves augmente.

Les symptômes s'intensifient et peuvent devenir permanents :

  • douleurs, crampes, fourmillements, brûlures ;
  • jambes lourdes ;
  • gonflements, œdèmes : lorsque la varice s'aggrave, un œdème conséquent se forme au niveau de la cheville ou du mollet : on parle d'œdème variqueux.

Complications varices : problèmes cutanés

Lorsque les varices se compliquent, des problèmes de peau peuvent apparaître :

  • Eczéma variqueux : formation de lésions cutanées, en plaques ou en nappes, sur le trajet des varices.
  • Dermite ocre : la peau prend une couleur rouille sombre.
  • ulcère variqueux : creusement de la peau qui se forme insidieusement, avec le temps ou à cause d'un choc, d'un grattage intense ou d'un traumatisme sur la peau. C'est une lésion douloureuse, qui s'infecte facilement et cicatrise très mal.

Complications varices : rupture de varices

La rupture de varices est un risque omniprésent.

Les varices sont des veines dilatées dont la paroi a été fragilisée. De ce fait, en cas de complications, elles peuvent se rompre facilement.

Il y a deux types de ruptures :

  • Rupture externe :
    • Un objet extérieur agresse la varice en surface de la peau.
    • Il se forme alors une plaie qui saigne, voire une hémorragie.
    • Il faut stopper rapidement l'écoulement en comprimant la plaie.
  • Rupture interne :
    • La varice est rompue par un effet de cisaillement répété ou continu, du à un effort physique par exemple.
    • La rupture peut déclencher une hémorragie interne, accompagnée de douleurs violentes.
    • Il se forme une ecchymose, voire un hématome local.

Potentiellement, toutes les varices sont susceptibles de se rompre. Cependant, les  varices aux jambes sont les plus concernées par ce risque, car elles supportent beaucoup de pression et peuvent être agressées de l'extérieur.

La phlébite : une complication grave

Le risque de phlébite ou de caillot est une complication grave des varices.

Lorsque la varice s'aggrave, des taches peuvent apparaître sur la peau, à cause du fer contenu dans le sang. Ces tâches peuvent annoncer la formation d'un ulcère variqueux, une rupture ou une phlébite.

Les phlébites correspondent à des caillots de sang qui se forment à l'intérieur des veines. Il existe deux types de phlébites :

  • Superficielles : on parle de para-phlébite.
    • Elles se forment au niveau des vaisseaux sanguins superficiels.
    • Elles ne représentent que peu de risques de complications graves.
  • Profondes : elles se forment au niveau des veines profondes importantes.
    • Les phlébites profondes peuvent se compliquer et entraîner la migration des caillots de sang.
    • Ceux-ci peuvent notamment migrer vers les artères pulmonaires : on parle d'embolie pulmonaire (urgence médicale mortelle).

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
salim djelouat

pr. bioclinicien -expert médical -auteur scientifi

Expert

christel froidevaux

naturopathe | naturopathie auriculothérapie relaxation

Expert

AL
aude level

assistante esthétique | centre level lyon

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !